Randonneurs en santé

Voici 10 conseils de base pour être un randonneur
en bonne santé et éviter les blessures!

 

  1. Apporter son eau : de 2 à 4 litres d’eau dépendant de la température.

    Pourquoi?
    Castors et randonneurs aiment les mêmes passes en montagne. Les castors sont porteurs du parasite giardia et les humains du cryptosporidium. Les ruisseaux de montagne peuvent être contaminés par ces deux parasites véhiculés dans leurs excréments.

  1. Utiliser des chiffons antibactériens ou du gel stérilisant après une visite à la toilette et avant de manger.

    Pourquoi?
    Le taux de contamination bactérienne est beaucoup moins élevé sur des mains propres.

  1. Se protéger du soleil.

    Appliquer de la crème solaire plus souvent qu’à la maison : les crèmes solaires devraient être appliquées 30 minutes avant de s’exposer au soleil.
    Pourquoi?
    Vous serez dehors et à haute altitude toute la journée : l’air y étant moins pollué, la pénétration des rayons UV est plus importante et les nuages ne bloquent pas les rayons.

  1. Porter un chapeau à large bord et une protection contre les UV pour les yeux quand on est en plein soleil.

    Pourquoi?
    Vous retarderez ainsi l’apparition de la cataracte qui vient avec l’âge.

  1. Porter des pantalons longs.

    Porter aussi des chaussettes et des bottes de randonnée qui supportent bien la cheville, surtout s’il y a des buissons ou des obstacles à franchir.
    Pourquoi?
    Vous minimiserez ainsi les risques d’égratignures, de chutes, de plaies contaminées, ainsi qu’une réduction des entorses, mais aussi pour diminuer les piqûres de tiques ou le dépôt de larves de tiques.

  1. S’examiner et se frictionner tout le corps (vérifier les parties cachées : derrière les oreilles et dans l’aine).

    Se peigner après chaque randonnée pour déloger d’éventuels tiques ou larves. Extirper les tiques avec précaution à l’aide d’une pince à épiler pour s’assurer d’enlever la tête.
    Pourquoi?
    Les tiques ou leurs larves sont fréquemment infectées par la bactérie de la maladie de Lyme, qui peut se manifester jusqu’à 24 après la morsure.

  1. Avoir été vacciné contre le tétanos dans les 10 dernières années (vous éviterez ainsi une visite aux urgences).

    Pourquoi?
    Les randonneurs s’éraflent souvent les mains et les jambes dans la forêt. Des saletés peuvent s’introduire dans les plaies, parmi lesquelles on peut trouver la bactérie du tétanos.

  1. Être immunisé contre l’hépatite A et B.

    Pourquoi?
    Les randonneurs doivent parfois se soulager dans les alentours des sentiers. Une gouttelette infectée dans les yeux ou la bouche suffit à transmettre une infection. On peut également être amené à porter assistance à une personne qui a une blessure ouverte qui saigne.

  1. Apporter une trousse de premiers soins

    Celle-ci doit contenir des chiffons antibactériens, un antiseptique, une crème antibiotique, des pansements et bandages pour soigner et recouvrir une plaie. Il faut avant tout bien laver la plaie avec de l’eau propre.
    Pourquoi?
    Les bactéries sont présentes partout. Il faut désinfecter la plaie le plus tôt possible pour éviter la contamination.

  1. Planifier la descente de retour pour éviter de se sentir pressé par le temps à la fin de la randonnée.

    Pourquoi?
    La fatigue de la fin de la journée réduit la vigilance et les réflexes, nous exposant ainsi à prendre des mauvaises décisions qui pourraient entraîner des blessures sérieuses.

club de plein air Montréal